La permaculture de Ruth Stout

Pour tout ce qui concerne la permaculture sans rapport direct avec le BRF.

Modérateur : Modérateurs

Gribof
Membre
Membre
Messages : 108
Enregistré le : mar. oct. 23, 2007 8:32 am
Localisation : Yonne
Contact :

La permaculture de Ruth Stout

Messagepar Gribof » lun. janv. 11, 2016 7:09 pm

En cherchant à "Ruth Stout" sur le net, vous trouverez pas mal de renseignements sur cette technique très simple et accessible, de culture sous foin, 100% compatible avec le BRF. La seule vidéo (en anglais) disponible n'est pas trop facile à comprendre, le son n'est pas bon (ou la voix?) et le sous titrage en hongrois n'aide pas tant que ça. :wink:
Cette année, je m'y suis pris trop tard, mais l'an prochain, promis, juré, je m'y mets et j'espère inciter d'autres à faire de même...
J'ai recouvert un bon carré de feuilles de noyer, ce qui n'est qu'un palliatif. Je verrais ce que cela donne, mais le foin est une matière première bien supérieure...
Je pensais acheter des balles rondes, si possible un peu abîmée (faut pas gâcher!), une balle recouvre environ 100 M2, mais je fauche pas mal d'herbe que je pourrais désormais récupérer. L'obstacle était la manutention, mais je me suis aperçu qu'il est possible de fabriquer une presse manuelle suffisante pour assurer son autonomie en petits ballots... ces petits formats sont mieux adaptés aux jardins peu accessibles aux gros engins... à suivre donc.


"Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois" MERLEAU-PONTY

Avatar de l’utilisateur
Andre
Site Admin
Site Admin
Messages : 339
Enregistré le : mar. janv. 16, 2007 5:17 pm
Localisation : Libourne
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar Andre » mar. janv. 12, 2016 2:17 am

Gribof a écrit :La seule vidéo (en anglais) disponible n'est pas trop facile à comprendre, le son n'est pas bon (ou la voix?) et le sous titrage en hongrois n'aide pas tant que ça. :wink:

J'ai fait une traduction de la première partie ici : https://www.amara.org/fr/videos/3usqN7B ... l/1832502/

J'ai recouvert un bon carré de feuilles de noyer, ce qui n'est qu'un palliatif. Je verrais ce que cela donne, mais le foin est une matière première bien supérieure...

Pas sur que ce soit une bonne idée car les feuilles de noyer contiennent de la juglone qui est une sorte de désherbant naturel. Voir http://www.omafra.gov.on.ca/french/crop ... xicity.htm

je me suis aperçu qu'il est possible de fabriquer une presse manuelle suffisante pour assurer son autonomie en petits ballots... ces petits formats sont mieux adaptés aux jardins peu accessibles aux gros engins... à suivre donc.

Intéressant ! Si tu as des infos là dessus, n'hésite pas à faire un post dédié.
Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Gribof
Membre
Membre
Messages : 108
Enregistré le : mar. oct. 23, 2007 8:32 am
Localisation : Yonne
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar Gribof » mar. janv. 12, 2016 12:38 pm

Pour ce qui est de la juglone, j'en suis conscient, c'est pourquoi j'ai parlé d'un "palliatif" et que j'ai ajouté que "je verrais ce que cela donne"; je suis cependant assez confiant car ces feuilles sont tombées naturellement à l'automne et donc ne contiennent plus grand chose...

Si la presse intéresse, pourquoi pas?
"Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois" MERLEAU-PONTY

Gribof
Membre
Membre
Messages : 108
Enregistré le : mar. oct. 23, 2007 8:32 am
Localisation : Yonne
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar Gribof » jeu. janv. 14, 2016 1:47 pm

Une voie possible d'approvisionnement pour ceux qui ne pourraient pas le faire directement, serait de trouver un agriculteur broyant des jachères, il n'a pas le droit d'en faire du foin, mais peut-être consentira-t-il à en botteler une petite quantité, puisque ce ne serait pas à proprement parler utilisé en tant que foin, mais mulch?
"Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois" MERLEAU-PONTY

Gribof
Membre
Membre
Messages : 108
Enregistré le : mar. oct. 23, 2007 8:32 am
Localisation : Yonne
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar Gribof » mer. sept. 28, 2016 9:27 pm

Je viens seulement de découvrir la traduction: elle est excellente, mais lorsque Ruth Stout parle de "hay mulch" (vers 4mn 30), pourquoi traduire par paille? Agronomiquement, le foin et la paille n'ont pas du tout la même valeur pour la vie du sol.
"Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois" MERLEAU-PONTY

Avatar de l’utilisateur
erudìhen
Membre régulier
Membre régulier
Messages : 310
Enregistré le : jeu. juil. 28, 2011 10:48 am
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar erudìhen » mar. oct. 18, 2016 7:03 pm

Ok les sous-titrages étant éditables librement, me suis permis de les retaper, avec un peu de technique en plus (http://lingalog.net/dokuwiki/_media/cou ... hodest.pdf).
On peut feuilleter son bouquin le plus connu : https://books.google.fr/books?hl=fr&id=Scq_CwAAQBAJ. Elle explique que la méthode n'impose aucun paillage particulier (page 12). Pour elle c'était surtout du foin d'un schorre local me semble-t-il, du Spartina patens certainement.
C'est vrai qu'aller vers la récolte d'une production 'arbonomique' est préférable, donc une friche jeune par exemple. C'est un non-sens de jeter à terre du bon fourrage juste pour des légumes (4,5 kg/m² pour installer une culture sur mulch de foin en été, moitié moins en hiver, chap. 7 du même livre). Ne pailler qu'avec du mauvais foin, vieux, de l'excédent, moisi en stock ou en litière (les deux préférés de Stout). A rapport poids/prix équivalent, on trouve que du brf est 10 fois plus concentré en éléments minéraux que du foin de prairie de qualité, autant que de la paille de blé.
Modifié en dernier par erudìhen le jeu. nov. 17, 2016 1:19 pm, modifié 1 fois.
«J'ai perdu mon temps ; la seule chose importante dans la vie, c'est le jardinage».

Gribof
Membre
Membre
Messages : 108
Enregistré le : mar. oct. 23, 2007 8:32 am
Localisation : Yonne
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar Gribof » jeu. nov. 10, 2016 6:44 pm

Merci pour la rectification!
Le BRF est certes plus concentré en minéraux, mais le facteur à considérer ici est plutôt l'énergie fournie aux micro-organismes du sol et spécialement aux vers de terre anéciques; de même, la paille, quoique supérieure au foin sous le rapport des minéraux, est un apport énergétique très pauvre pour la stimulation de la vie du sol (c'en est même la raison: il ne reste pas grand chose d'autre dans la paille).
"Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois" MERLEAU-PONTY

Avatar de l’utilisateur
erudìhen
Membre régulier
Membre régulier
Messages : 310
Enregistré le : jeu. juil. 28, 2011 10:48 am
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar erudìhen » jeu. nov. 17, 2016 1:46 pm

Un bon foin de prairie est bien plus dense en minéraux et nutriments qu'une paille ou qu'un brf, comme il est aussi beaucoup plus cher c'est pas le paillage le plus rentable finalement. Sur l'abondance d'anéciques, la méthode de culture (culture sur mulch) et un sol pas trop sableux sont vraiment les deux seuls points critiques. Pour l'énergie rendue au sol il faut voir quel apport carboné on fait. Le rapport C total / prix est là aussi en faveur d'un brf ou d'une paille de blé comparés à du foin de qualité.
«J'ai perdu mon temps ; la seule chose importante dans la vie, c'est le jardinage».

Gribof
Membre
Membre
Messages : 108
Enregistré le : mar. oct. 23, 2007 8:32 am
Localisation : Yonne
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar Gribof » dim. déc. 04, 2016 10:06 pm

Justement! Le mulch de foin n'a pas besoin d'être d'une qualité semblable à celle qui sert à nourrir les animaux. Il est donc possible de s'accommoder de bottes ou rouleaux qui se sont trop dégradés pour être comestibles. On peut aussi récolter des terrains qui sont fauchés tardivement et où l'herbe est ordinairement laissée sur place: ce foin, plus ligneux que celui destiné au bétail, est parfait pour le jardin puisqu'il assure une couverture du sol plus durable.
"Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois" MERLEAU-PONTY

Avatar de l’utilisateur
erudìhen
Membre régulier
Membre régulier
Messages : 310
Enregistré le : jeu. juil. 28, 2011 10:48 am
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar erudìhen » mer. déc. 14, 2016 8:35 pm

Ah en fait on se dirige plutôt vers ce qui n'est plus une fenaison et devient plutôt un soutrage.
C'est intéressant à développer ça. Il faut se souvenir qu'en agriculture ancienne le soutrage c'est bien le fauchage de végétations de nulle valeur fourragère (ligneuse) des délaissés et des sous-bois, en vue d'un transfert de fertilité. C'est à différencier de l'étrépage où le sol est enlevé en même temps que la végétation.
A remarquer que la séquence traditionnelle de la vie d'un soutrage c'est une première fermentation en tassement/humectation/foulage au sol soit épandu dans les issues de ferme (litière de cour, appelée aussi rues, ruages, rouée, une couche de roulement... en bois raméal... on a aussi le cas des chemins creux...), soit sous les bêtes (litières animales), et une deuxième fermentation après reconstitution en tas de ces même litières évacuées (formait donc l'ingrédient de base des fumiers de rue, et ceux d'étables) et leur compostage final. Évidemment là où il y avait peu de délaissés, le soutrage était moins présent, et inversement. Le livre de F. Sigaut "l'agriculture et le feu" devrait être éclairant à ce sujet. Il note trois types principaux de végétation employées en soutrage : les 'ajoncs' (amalgame sûrement les C. scoparius & les Ulex) dans les landes, les herbes à marais dans les zones humides (laîches, roseaux, iris... massette, scirpe aigu), les buis dans les garrigues. C'est pas mal de noter que Columelle se réfère déjà à ce genre de prélèvement dans De Agricultura, Livre II Ch. XIV "les types de fumiers" (colonne de droite), il y a donc deux mille ans.
Modifié en dernier par erudìhen le jeu. janv. 19, 2017 5:52 pm, modifié 2 fois.
«J'ai perdu mon temps ; la seule chose importante dans la vie, c'est le jardinage».

Avatar de l’utilisateur
Andre
Site Admin
Site Admin
Messages : 339
Enregistré le : mar. janv. 16, 2007 5:17 pm
Localisation : Libourne
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar Andre » mer. déc. 14, 2016 9:09 pm

Dans les landes, il y a effectivement de l'ajonc mais aussi beaucoup de genets, de fougère aigle et de bruyère. Un peu de brande et de ronces aussi. En tous cas, c'est ce que j'ai chez moi.

A ce propos, j'ai un reboisement important prévu prochainement et je me demande si je ne vais pas faire un étrepage par bande pour faire des andains de matière organique dans lesquels je planterai mes plants forestiers. J'ai un sol sableux très pauvre et je me dis que cette méthode pourrait booster les jeunes plants et ralentir la pousse de broussailles concurrentielles dans les inter-rangs.
Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Avatar de l’utilisateur
erudìhen
Membre régulier
Membre régulier
Messages : 310
Enregistré le : jeu. juil. 28, 2011 10:48 am
Contact :

Re: La permaculture de Ruth Stout

Messagepar erudìhen » jeu. déc. 15, 2016 8:53 pm

Là tu parles pas plutôt de faire un "lazy-bed" (barboulage) ? Il s'agit de couper le gazon sur trois côtés et de le retourner in-situ sur la surface équivalente d'herbe laissée intacte. Évidemment une planche obtenue par labour adossé, avec une charrue à un ou deux socs (& donc l'ados fait la ligne) c'est la même chose. C'est bien ce qui fait partie du plus approprié pour faire des bandes de plantations à grande échelle sur de l'enherbé, en complétant le tout d'un paillage entres autres.
«J'ai perdu mon temps ; la seule chose importante dans la vie, c'est le jardinage».


Retourner vers « Permaculture »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité